Rapport sur Nice et son Maire, par Frédéric Vidal, ancien fonctionnaire et chef d’entreprise.

March 13, 2014

Rapport sur Nice et son Maire, par Frédéric Vidal, ancien fonctionnaire et chef d’entreprise.

Spécial Report about Nice Google Web site:
https://sites.google.com/site/rapportnice/home

Un rapport rédigé le 7 mars 2014 pour faire le point sur les méfaits d’un duo historique et dénoncé par la presse : Christian Estrosi et jacques Médecin.

Cette étude a été réalisée par Frédéric Vidal, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et docteur en Sciences de l’Information de l’Université de Paris II Panthéon-Assas.

Le destinataire de ce rapport est Olivier Bettati, candidat à la fonction de Maire de Nice.

Rapport sur Nice et son Maire, par Frédéric Vidal, ancien fonctionnaire et chef d’entreprise.

https://sites.google.com/site/rapportnice/home

image

Jean Médecin, Maire de Nice du 16/12/1928 au 01/09/1944 et du 25/10/1947 au 18/12/1965.

http://www.nice.fr/Collectivites/La-municipalite/Le-Maire/Les-anciens-maires

INTRODUCTION :
Il est question d’en dire plus sur le visage du Médecinisme en 2014. Olivier Bettati représente une chance pour Nice d’en finir avec une mauvaise gestion des deniers publics. La dette municipale atteint son paroxysme sous Christian Estrosi qui fut recommandé par l’ancien Maire Jacques Médecin. Président du RJR, fondateur et toujours attaché a mon groupe de punk rock civique BRAMSTOCKER, je suis fier d’avoir composé l’hymne de notre campagne  NICE IS MY TOWN. Ce rapport complète cette chanson bientôt diffusée sur les ondes pour construire un ensemble cohérent d’argumentations qui prouve à tous que l’échec d’Estrosi n’est pas le nôtre. Les 4 parties de ce dossier de présentation vous conduiront à juger par vous-mêmes de la réalité niçoise en matière de Mairie. Carla Bruni, l’ancienne Première Dame de France, nous inspire une certaine sévérité ainsi qu’une nécessaire tolérance. Mais après les 23 et 30 mars, il y aura un 3e tour : l’élection du Maire par le Conseil Municipal. Souhaitons qu’un autre que Christian Estrosi soit élu à ce poste.

1. Oppression

Première partie du Rapport.
Christian Estrosi soutient à Nice une certaine oppression afin de gérer la ville à sa façon. Les droits de l’homme et la liberté d’expression des niçois ont pu apparaître insuffisants. Ce contexte est inquiétant pour la démocratie. Une propagande excessive conduit à un certain culte de sa personnalité. Il faut savoir pourquoi. L’appartenance de Monsieur Estrosi à l’UMP doit être l’une des raisons. Il fut Ministre sous la Présidence de Nicolas Sarkozy. Son attrait pour le Pouvoir est visiblement extrême. Cela le conduit à écraser le moral des niçoises et des niçois et leur esprit d’initiative. C’est un point important concernant l’échec de la Municipalité actuelle qui apparaît trop comme un fan club personnel de son premier magistrat : l’inquiétant Christian Estrosi. Cela rappelle beaucoup une autre époque qui n’est pas si éloignée, celle du fils de Jean Médecin, le Maire qui a donné à la Ville de Nice sa physionomie actuelle. Jacques Médecin n’était pas un bon docteur. Christian Estrosi se vante de n’avoir jamais obtenu aucun diplôme. Médecin est une star des médias, Estrosi a voulu limiter mais son modèle était diplômé de science politique.

2. Corruption

Deuxième partie du rapport.
Le Maire de Nice fut pendant longtemps l’étrange Jacques Médecin. Depuis les années 60, il a été un homme d’autorité et d’ambition en France, respecté par le Régime de la Vème République. Mais dès les années 70, il fut tenté par une autre forme d’organisation. Proche de l’Italie, Nice, sa ville, était sous la pression d’intérêts disparates dont celui de la Mafia. En tant que Maire, Médecin n’a pas convaincu en matière de gestion des finances publics et de relations avec ses administrés. Son entourage est malheureusement critiquable. En 1979, il épousa une Américaine, Ilène, une femme originaire de Beverly Hills, le Monaco d’Hollywood. Elle représenta pour lui le contraire d’une Grace Kelly, une femme vénale et intéressée bien que charmante et très riche. Leur attraction pour la criminalité s’exprima dans le choix de leurs amis et de leurs objectifs. Dès après la victoire de Jacques Médecin au premier tour de l’élection municipale de 1983, les problèmes et les mauvais coups commencèrent.  Jean Oltra, Lucien Salles, Jean-Paul Claustres et Christian Estrosi lui-même constituèrent avec d’autres un groupe de conseillers et de partenaires induisant en erreur, bien qu’il fut leur animateur, un Maire souffrant de manque d’honnêteté. S’en suivirent de multiples affaires judiciaires, l’Etat Français n’étant pas dupe de la double comptabilité réalisée par Médecin avec ses conséquences en termes de détournements de fonds. Qu’en est-t-il du Maire actuel, 30 ans après ? Cette question est nécessaire. Médecin fut condamné par la Justice française avant de s’exiler à Punta Del Este, en Uruguay et décéda en 1999. 15 ans après, son successeur apparaît toujours sous son emprise idéologique mais aussi financière.

3. Répression

Troisième partie du Rapport.
Le passif démocratique nous conduit à être alarmiste en matière d’individualisme à Nice. Je suis le meilleur exemple d’un chef d’entreprise qui a pâti des pratiques critiquables d’un homme trop autoritaire et de son équipe oligarchique. Eric Ciotti est celui qui dirige un système, bien que provisoire, de contraintes sociales économiques et politiques à l’encontre de ceux qui refusent la loi du plus fort, la sienne. Eric, ancien Sciences Po comme moi, a refusé tout contact car il n’apprécie guère mon indépendance d’esprit et ma relation d’amitié avec celui qui fut son patron, Christian Estrosi. Une fois Maire, élu en 2008, l’ancien lieutenant de Jacques Médecin choisit Eric Ciotti pour être son Premier Adjoint. Précédemment, Ciotti fut son Directeur de Cabinet au Conseil Général dont Estrosi fut le Président dans les années 2000. Une possible excessive collusion en découla puisque le nouveau Maire de Nice poussa Ciotti, devenu député, à prendre la Présidence du Conseil Général à sa place et ce en quelque mois. Moi-même, je pensais pouvoir fréquenter à nouveau Christian Estrosi dont je fus le Président du RJR, le Rassemblements des Jeunes Républicains. Il n’en fut pas question. Les deux hommes me le firent comprendre par des poignées de mains restées sans suite. J’en conclus qu’ils me reprochaient d’être resté a l’écart de l’équipe Médecin dont je ne fus qu’un soutien politique essentiel, comparable à celui de Chirac avec le RPR.
Mon ami Richard Giammarchi, d’origine corse, étudiant fondateur, à la Faculté de Droit de Nice, du Forum Etudiant, un nouveau syndicat indépendant, fut ensuite Conseiller Général RPR. Disparu trop tôt et trop jeune, il fut celui qui m’informa de grave dissensions dans la famille médeciniste et de leur conséquences : une fuite en avant vers le chaos judiciaire et municipal. Mon retour en France en 2011, il y a 4 ans, après la mort de ma tante Jacqueline dont je suis le successeur, m’a permis de construire définitivement une carrière binationale composée d’un métier exercé en France et aux Etats-Unis, le cinéma, et d’une activité politique au service de tous ceux qui croient dans la Justice et la République Française. Aux Etats-Unis, je représente grâce a l’Internet dont je suis un animateur remarqué, un espoir important du Parti Républicain attaché à de meilleures relations avec la France. A Nice, j’ai fait l’objet de racisme et de ségrégation permanente de la part des milieux qui sont trop sous l’emprise du couple Ciotti-Estrosi qu’on dit à problème, émaillé de fréquentes disputes.

4. Solution

Quatrième partie du Rapport.
Avec moi et avec toute l’équipe du RJR, nous allons gagner. C’est ça, la solution. Après 30 ans de critiques et de rejet de la Ville de Nice à cause de Médecin, son exégèse, Christian Estrosi, ne pourra pas continuer à donner le change dés le 23 mars. Nicolas Sarkozy en personne n’a pas l’intention visiblement, avec sa femme Carla Bruni, de soutenir son ancien Ministre pour un 2eme mandat sans la preuve qu’il soit différent du premier. La Majorité actuelle à Nice a présidé à l’échec électoral de l’ancien Président de la République. Trop de fanatisme conduit à un manque de militantisme. Estrosi, Vice-Président de l’UMP, figure régulière maintenant des télévisions nationales, n’a pas l’envergure de l’homme d’Etat qu’il souhaiterait représenter. Il ressemble plutôt au pilote motocycliste qu’il fut lorsque, jeune homme, il choisit la compétition sportive mécanique pour devenir champion. Une fois Député, dés les année 80, grâce à Jacques Médecin d’une manière peut-être douteuse, il eut l’occasion de se faire remarquer, comme son collègue Rudy Salles, également promotionné par celui qu’on surnomma Jacquou, comme un bon élève trop placide pour être vraiment bien attentionné. Sa solution politique, personnelle et carriériste n’est pas la nôtre. Nice a besoin d’un Maire qui lui soit propre.
Olivier Bettati représente ce changement. Il est avec moi l’un des rares niçois brillant par son abnégation en faveur d’un idéal social de progrès et de concertation. Une fois élu avec sa liste, il peut faire la différence au nouveau Conseil, en donnant la réplique à l’opposition qui pourrait bien être celle de l’ancien Maire Christian Estrosi. Cela va de soi, les sondages sont mauvais car les médias insistent trop à imposer le visage soi-disant charismatique et le profil psychologique de jeune premier de l’apôtre d’un médecinisme à sa manière. Clientélisme, opportunisme, excès de carriérisme sont a déplorer concernant son passé, son présent et peut-être pas son avenir que nous pouvons modifier s’il accepté de céder  sa place à la suite du vote électoral.
Rêvons d’une 7éme République après l’échec du projet de  la 6éme République envisagée par Montebourg et Bayrou. Imaginons comment nous pouvons devenir le 51ème Etat de l’Amérique qui nous inspire. Restons attachés aux valeurs de la Rome antique qui imposa l’idée d’un Sénat à l’origine d’un pouvoir législatif en France. Choisissons le cap de la Gouvernance en invitant les entrepreneurs à participer au Pouvoir autant national que localement. Constituons une équipe dont les moyens seront ceux que la population niçoise voudra bien lui donner. Pensons au mois d’avril. 2014 est une année judiciaire et électorale.
CONCLUSION :
Valérie Trierweiler doit s’intéresser a Nice. Elle vient de quitter notre Président de la République, François Hollande, d’une manière dramatique. J’ai eu l’occasion d’être présenté au Président de la République en septembre 2013 à l’occasion de sa venue a Nice pour les Jeux de la Francophonie. Je considère qu’il doit nous permettre de nous exprimer sans que nous ayons à subir de menaces comme ça pourrait malheureusement être le cas de la part de ceux qui nous sont adverses. Par ailleurs, dés avril, je commencerai le tournage d’un moyen métrage NICE NOUS APPARTIENT consacré a la campagne, en tant que documentaire, et à notre victoire réelle dans les urnes ou symbolique dans les cœurs et l’aspiration populaire. Concernant Médecin et Estrosi ainsi que toute l’histoire d’un manque de démocratie a Nice : il est certainement question d’une conférence de presse. C’est le RJR qui l’organisera avant la fin de la campagne.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: