Au Tribunal Administratif Le 24 Juin 2014, Frédéric Vidal Veut Faire Annuler L’Election de Christian Estrosi A La Mairie De Nice

June 25, 2014

Au Tribunal Administratif Le 24 Juin 2014, Frédéric Vidal Veut Faire Annuler L’Election De Christian Estrosi A La Mairie De Nice Et Le Démontre Au Juge !

Christian Estrosi, un ancien ami mais aussi un faux frère que je vois avec ceux qui ne veulent plus de moi à Nice. FV

Christian Estrosi, un ancien ami mais aussi un faux frère que je vois avec ceux qui ne veulent plus de moi à Nice. FV

http://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Estrosi

INTRODUCTION DE L’ARTICLE WORDPRESS

Après avoir été refusé en 1969 à Paris, quelques semaines après la démission du Général de Gaulle de la Présidence, pour sa première visite officielle dans la capitale française à l’âge de 10 ans, par Denise Fabre alors speakerine de l’ORTF et maintenant Adjoint au Maire de Nice Christian Estrosi et Jerry Lewis, l’humorite de cinéma américain, qui ne donnèrent pas suite à leur rencontre avec lui alors qu’ils auraient pu lui offrir la chance de sa vie en lui proposant un premier contrat à la télé française en tant que jeune révélation et pour le comique d’Hollywood en tant que nouveau “Coogan Account” de la Screen Actors Guild, comme Ron Howard, acteur enfant comme Frédéric aurait tellement aimé l’être, l’auteur de FRENCH COP depuis 2006 et de BRAMSTOCKER depuis 1977 a plaidé en faveur d’une reconnaissance de son talent d’homme politique ce 24 juin au Tribunal Administratif, 33 boulevard Franck Pilatte à Nice. En 1969, Frédéric était un proche du milliardaire et propriétaire du Casino Municipal de Nice, Pierre Ducis qui dut fermer l’établissement à la suite des années 60 ans définitevement, il est 45 ans plus tard un grand de l’Internet et de l’histoire politique et culturelle de la France qui s’est fait par lui même avec la recommandation unique de Marcel Dassault et d’Alice Saunier-Séïté, Ministre des Universités pour un Institut d’études politiques de Paris qui fit oublier l’échec du contrat discographique que BRAMSTOCKER attend encore.

EXPOSE D’ELOQUENCE DEVANT LE JUGE ADMINISTRATIF
Contenu de l’audience commenté pour WordPress
par Frédéric Vidal
Dossier no 1401450-5

1. Huis Clos de facto

Des figurants faisant office de public, personnel de la mairie ou amis personnels de Christian Estrosi et de ses adjoints, c’est ce qu’accepte la loi niçoise, très éloignée de la loi républicaine et imposée par la Police Municipale, ce que je dénonce avec le reste du public qui attendait à l’entrée principale de pouvoir assister à la séance du Conseil Municipal du 4 avril 2014 devant élire le nouveau maire. Il nous fut proposé de regarder une retransmission sur écran géant de télévision de la séance dans la cour d’honneur de l’hôtel de ville où des sièges avaient été installés. Un Conseil Municipal peut être organisé à huit clos mais il faut respecter le code de communes pour ce faire et pour réunir une nouvelle assemblée d’élus, le huit clos n’est pas acceptable. On n’impose pas non plus son public et on laisse participer à l’assistance d’une telle assemblée les gens venus pour en être les témoins dans leur ordre d’arrivée.

2. Organisation d’un spectacle

Il n’y avait rien de commun avec un Conseil Municipal post-électoral dans l’enceinte de la mairie de Nice ce jour là mais un simulacre de démocratie avec une mise en scène théâtrale représentant le Gaius Caesar niçois, la superstar imposée aux niçois par l’UMP de Paris, Christian Estrosi, filmé en gros plan comme un acteur et encensé par une dizaine de paparazzis qui dérangeaient et distrayaient en étant “stagés” par quels organisateurs tout autour de l’urne transparente des votes du nouveau Conseil Municipal pour mitrailler de clichés de leurs appareils photographiques un rituel détournant Marianne au profit de la logique commerciale d’un ancien pilote motocycliste roulant pour les japonais. Le code des communes n’est pas un ouvrage qu’on adapte au cinéma de réalité pour cacher autre chose : une apothéose outrancière pour écraser une opposition qui a quand même réussi une quadrangulaire au second tour et une élection d’Estrosi avec moins de 50% des votants donc en minorité dans sa propre ville. Cette réunion apparaissait à l’italienne (mafia ?), gagée sur autre chose que la nouvelle municipalité ressemblant à l’ancienne, on ne triomphe pas ainsi quand on est déjà élu depuis 6 ans.

3. Affaire personnelle

Il est certain que mon départ aux Etats-Unis pendant 8 ans, de 2003 à 2011 m’a permis de renforcer ma carrière politique et culturelle mais en sens inverse a réduit mes liens avec le pays qui constitue ma raison d’être et mon histoire, celui des droits de l’homme et de la révolution française que la Ve République incarne magistralement dans un régime rationalisé qui doit aboutir à sa réforme car la classe politique n’est plus à même de gérer au XXIe siècle. Auparavant, Président du RJR à, l’époque du Jacques Médecin dont je fus l’associé dans les années 80, j’ai pu contribuer au renouveau du Nice de toujours en modernisant la ville avant que, malheureusement, le maire ne soit inquiété par la justice française pour des questions fiscales personnelles et aussi en rapport avec la corruption liée à la mafia italienne qui l’avait empoisonné sans que ce fut mon cas. Par la suite, j’ai brillamment réussi mon concours des Instituts Régionaux d’Administration pour une année à Bastia et une affectation à la Caisse des dépôts et consignations à Paris dans la communication et la recherche historique. De retour en 2011 en France pour l’héritage de ma tante, un bel appartement à Nice, j’ai pu constater l’opposition à ma personne et à mon œuvre (le FRENCH COP et BRAMSTOCKER ainsi que ce blog sur WordPress qui définit les caractéristiques de mon action politique dédiée à la réforme et à la continuité de l’Etat et des Pouvoirs Publics) de Christian Estrosi, mon ancien ami commun avec Jacques Médecin et de son Conseil Municipal conduit par mon autre ami des années 80, Rudy Salles. Il me semble que cet homme (Estrosi) qui a réussi péniblement à se faire réélire malgré mon leadership en faveur d’une nouvelle municipalité en mars de cette année veut me punir de ma relation privilégiée avec son ancien protecteur en me mettant en embargo commercial (ma société POT-SCRIPTUM en a souffert) et sociologique (mes relations à Nice se plaignent aussi d’un soutien qu’il a de l’Etat). Dès lors, j’ai rejoint Olivier Bettati, un dissident du ministre que fut Christian Estrosi, pour soutenir sa liste de candidats que j’ai placé sous mon égide personnelle ainsi que celle du Rassemblement des Jeunes Républicains et de mon groupe de Civic Punk BRAMSTOCKER.

4. Présence d’Eric Ciotti “au perchoir”

Ancien Chef de Cabinet d’Estrosi quand il fut Président du Conseil Général des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti siégait de man ière suspecte au Conseil Municipal du 4 avril qui décida du nom du nouveau maire qui ne fut pas le sien mais prête à confusion. Représentant des intérêts parisiens de l’UMP et peut-être d’autres sphères plus occultes, Monsieur Ciotti apparaissait à la plus haute place des intervenants faisant face à l’assemblée des conseillers municipaux et du faux public de courtisans mis en scène probablement par lui, maître d’œuvre financier et stratégique d’une équipe commerciale réunie autour du nom de prestige honorifique d’un grand de ce monde selon l’association des amis du maire qui scande à chacune de ses réunions son prénom : Chrisitian. La présence d’Eric Ciotti du côté des organisateurs de réunion en mairie entache ce conseil d’ingérence.

CONCLUSION DE L’ARTICLE

En conclusion, le monde de la politique refuse toujours Frédéric Vidal comme l’a démontré François Hollande en septembre 2013 en faisant la connaissance de l’intéresé sans donner suite à aucune recommandation ni invitation particulière ce qui eut opoyur conséquence de maintenir jusqu’en janvier 2014 l’isolement et l’embargo à l’encontre de la star de FRENCH COP. Vint alors la campagne électorale pour les Municipales, un grand échec pour le Parti Socialiste avant son effondrement définitif pour les élections européennes. Aussi David Assouline, ancien camarade de section du PS en 2000 dans le XXe arrondissement, rencontré à Nice en 12011 pour la venue de Martine Aubry, ne souhaita pas rester en contact avec l’ancien de la Caisse des dépôts qui fut toujours son fervent supporter en ne communiquant pas son numéro de portable pour une reprise de contacts. Aux Etats-Unis, le pays d’adoption de Frédéric depuis 2003, naturalisé en 2006, John Boehner, l’actuel Speaker de la Chambre des Représentants qui s’apprête à prendre la retraite et Eric Cantor, le leader du Parti Républicain à la dite House of Representatives, largement battu à la primaire pour sa réélection et démissionnaire de son poste en juillet, ont décidé en février 2012 de ne pas donner suite à la demande de l’ancien collaborateur du Député-Maire de Nice Jacques Médecin d’intégrer le National Republican Club of Capitol Hill, une anti-recommandation qui met un terme à la candidature de Mitt Romney à l’élection présidentielle.

Ainsi, 45 ans après des rencontres marquantes et emblématiques qui restèrent sans suite, détruisant provisoirement la carrière et la destinée d’un futur fonctionnaire qui aurait préféré être un homme de spectacles, à nouveau, en politique maintnenat, les portes sont restées closes au commet et Frédéric Vidal en tire la conclusion de les faire ouvrir par le juge et d’abord celle du Conseil Municipal de la Ville de Nice qui le 4 avril s’est réuni en le laissant dans la cour avec un écran de télévision pour lui et des centaines d’autres, au détriment de tout logique républicaine de participation de tous à la commune et à l’élection de ses dirigeants.

http://www.capitolhillclub.org/

Au Tribunal Administratif, Frédéric Vidal a réalisé le meilleur exposé de sa carrière administrative et politique pour démontrer que Christian Estrosi ne mérite pas encore le titre de Maire après une élection tronquée car organisée comme un spectacle médiatique qui ne respecte pas le caractère solennel et électoral de la République Française.

Au Tribunal Administratif, Frédéric Vidal a réalisé le meilleur exposé de sa carrière administrative et politique pour démontrer que Christian Estrosi ne mérite pas encore le titre de Maire après une élection tronquée car organisée comme un spectacle médiatique qui ne respecte pas le caractère solennel et électoral de la République Française.

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE

Président de la juridiction

Danièle MAZZEGA

Vice-présidents

Patrice BLANC
Dominique LEMAITRE
Philippe ORENGO
Bertrand PARISOT
Alain POUJADE

Premiers conseillers

Rita AMSLEM
Didier FAŸ
Philippe d’IZARN de VILLEFORT
Jean-Michel LASO
Jean-Pierre LOUVET
Nadège MAHE
Frédéric PASCAL
Didier SABROUX
Chantal-Aline SALMON
Frédéric SILVESTRE-TOUSSAINT-FORTESA
Patrick SOLI
Géraldine SORIN
Gilles TAORMINA
Christophe TUKOV

http://nice.tribunal-administratif.fr/

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: